Tiakola

Tiakola
Hip-Hop
vendredi 14 octobre 2022 - 21h Complet
Rock School Barbey
22€ (Prévente) / 25€ (Sur place)
La parole à l'organisateur
TIAKOLA

Il suffit de passer quelques minutes avec Tiakola pour comprendre que le gamin de La Courneuve est loin de se limiter à ce que son jeune C.V pourrait laisser penser : un faiseur de tubes, un rappeur-chanteur tout juste bon à poser des refrains chaloupé s sur les singles des autres. S’il excelle dans cet exercice, au point d’avoir multiplié les featurings de prestige ces deux dernières années (Niska, MHD, Gazo, Dinos, Dadju, Franglish, Leto, etc.), Tiakola donne surtout l’impression d’être voué à quelque chose de plus grand.

Ses premiers morceaux solos en attestent : le clip d’« Étincelle (Maradona) » a été vu plus de 4 millions de fois, « Pousse-toi » cumule près de 10 millions de streams, tandis que sa page artiste Spotify rassemble 1,6 millions d’auditeurs mensuels. Des chiffres fous, parfois plus élevés que ceux réalisés par son ancien groupe, 4keus, avec qui il dit rester très connecté, mais qui s’expliquent aisément à l’écoute de ses chansons, souvent dansantes, toujours particulièrement bien ficelées, en équilibre stable entre le R&B et les musiques africaines, la drill et la trap.

Ce savoir-faire mélodique, cette aisance à créer des toplines séduisantes, visiblement héritées de sa mère et de ses tantes, chanteuses au Congo, ne doit pas masquer son goût pour les mots, de préférence ceux qui accrochent l’oreille et créent une forme d’ambiguı̈té entre le propos, parfois sombre, et la tonalité des morceaux, souvent ensoleillée. « J’aime cet équilibre, qui me permet de ne pas trop en dire sur moi. Je n’ai que 21 ans, j’ai besoin de vivre et d’apprendre à me connaître pour avoir suffisamment de recul et me livrer pleinement. Pour le moment, j’ai envie de grandir avec mon public, d’écrire des textes dans lesquels les gens peuvent se reconnaître. » Aussi mature soit-il, ce propos est avant tout celui d’un jeune homme bien conscient que le paysage musical mute en permanence et qu’il est nécessaire de « rechercher l’émotion », de « composer des morceaux qui vieillissent bien ».

Raison pour laquelle Tiakola, que l’on ne surnomme pas en vain « La mélo », passe autant de temps en studio afin d’enregistrer son premier album. Un long-format censé lui permettre de devenir ce qu’il doit être : un artiste qui compte, conscient des enjeux actuels, bien décidé à créer une oeuvre cohérente, soignée et suffisamment ambitieuse pour rendre indispensable ce flow chantonné. 
En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies.