Festival de piano

Festival de piano
Classique
Jusqu'au mercredi 29 juin 2022
Prix libre
La parole à l'organisateur
Festival de piano « À l’Est d’Éden »

Autour des compositeurs et des musiques des pays de l’Europe de l’Est :
Ludwig van Beethoven (Allemagne) - Arvo Pärt (Estonie) - Franz Liszt, György Kurtág Jr. (Hongrie) - Mikalojus K. Čiurlionis (Lituanie) - Frédéric Chopin (Pologne) - Mykola Lyssenko (Ukraine) - Alexandre Scriabine, Igor Stravinsky, Pretor Part, Anastasia Ponomareva (Russie)

"Dans un univers de paix et d'amour, la musique serait le langage." (Henry David Thoreau)

Les recettes des concerts seront intégralement reversées à une association d’aide aux victimes de la guerre en Ukraine . En partenariat avec l’Association ETA..VIE (etavie.com)


P R O G R A M M E

- Samedi 25 juin 2022, à 20h (prix libre) : Mélodies originales, par Anastasia Ponomareva (soprano) et Farhad Khatib (piano)

- Dimanche 26 juin 2022, à 18h30 (prix libre) : Trois Chants populaires de l'Ukraine de Mykola Lyssenko - Nocturne pour la main gauche opus 9 d'Alexandre Scriabine - Sonate n° 31 opus 110 de Ludwig van Beethoven - Prélude, Choral et Fugue de César Franck, par Jehiel Quimfumu

- Lundi 27 juin 2022, à 20h (prix libre) : Nocturne opus 6 de Mikalojus K. Čiurlionis, par Raimonda Jagelavičiūtė - Ballade n° 4 de Frédéric Chopin, par Nicolas Contamine - Vallée d’Obermann de Franz Liszt, Conte scandinave de Nicolas Bacri, par Florence Chaubin-Guillaume

- Mardi 28 juin 2022, à 20h (prix libre) : Musiques improvisées, par György Kurtág Jr. et François Rossé

- Mercredi 29 juin 2022, à 20h (prix libre) : Für Alina d’Arvo Pärt, par Delphine Lavergne - Douze Préludes de Pretor Part, par Pascal Pistone - Ballade n° 1 de Frédéric Chopin, Trois mouvements de Petrouchka (1er et 2e mouvements) d’Igor Stravinsky, par Daiki Abe

à l’Impromptu 
8 cours de la Marne, Bordeaux (tram B «Victoire»)
www.limpromptu.fr


L E S    I N T E R P È T E S

Duo Baïkal (Anastasia Ponomareva et Farhad Khatib Damavandi)
Le duo Baïkal se forme en 2015. À ses débuts, il aspire à partager la beauté des mélodies russes, à travers des romances, des chansons issues des films soviétiques et des tubes de grandes figures de la chanson russe, telles que Vladimir Vissotski, Anna German, Boulat Okoudjava et Alla Pougatcheva. Aujourd’hui, le coeur des activités du duo est la création de ses propres chansons.

Anastasia Ponomareva (paroles et chant)
Née à Moscou, Anastasia Ponomareva manifeste un grand intérêt pour la musique et pour le chant, dès son plus jeune âge. Diplômée en Relations Internationales en 2011 à l’Université d’État de Moscou puis en Langues, Affaires, Interculturalité en 2015 à l’Université Bordeaux Montaigne, elle œuvre pour le rayonnement de la culture de son pays, aussi bien par le biais de l’enseignement de sa langue maternelle qu’à travers ses concerts.

Farhad Khatib Damavandi (musique et piano)
Compositeur, pianiste et professeur de musique, Farhad Khatib Damavandi est né à Téhéran où il fait ses débuts en piano. Il quitte l’Iran à l’âge de 18 ans pour effectuer ses études à l’Académie Tchaïkovski de Kiev et en sort diplômé en 2007. Docteur en Musicologie en 2016 à l’Université Bordeaux Montaigne, il accompagne, depuis 2014, des classes de Danse aux Conservatoires de Mérignac et de Bordeaux, au PESMD (Pôle d’Enseignement Supérieur de Musique et de Danse) et à l’Opéra de Bordeaux. Passionné de musique de film, il a signé la musique de plusieurs courts-métrages. Outre les concerts de ses compositions, d’oeuvres du répertoire classique et de musiques de film, Farhad Khatib se produit également sur scène comme comédien. 

Jehiel Quimfumu
Né à Marseille, Jehiel Quimfumu commence à chanter dans la chorale de son église. À l'âge de 7 ans, il entre au Conservatoire de Marseille, dans les classes de piano de Juliette Ylmazian, puis de Jean-Baptiste Fonlupt. Après l'obtention de son DEM (avec mention Très Bien à l'unanimité), il entre dans la classe de Rena Shereshevskaya, au Conservatoire de Rueil-Malmaison, et se perfectionne avec elle, depuis octobre 2019, à l'École Normale de Musique de Paris.

Raimonda Jagelavičiūtė
Née à Kaunas, en Lituanie, en 1972, Raimonda Jagelavičiūtė débute ses études de piano à l’âge de 7 ans, au Conservatoire Juozas Naujalis. À 11 ans, elle est sélectionnée pour chanter à l'opéra de Kaunas, où elle se produit pendant 6 ans. De 1988 à 1997, elle est interprète au sein du grand choeur mixte lituanien Gintaras. Après avoir vécu 14 ans en Italie, où elle exerce également le métier de traductrice, elle s’installe à Bordeaux en 2011 et enseigne le piano en cours particuliers. Elle est Présidente de l’Association Aquitaine-Lituanie.

Nicolas Contamine
Pianiste-interpète, Nicolas Contamine commence l’apprentissage de son instrument à l’adolescence. Intégrant rapidement le Conservatoire de Bordeaux, dans la classe de Jean-Philippe Guillo, il obtient, en 2018, un DEM de Piano, Musique de chambre et Analyse musicale, ainsi qu’une licence de Musique et Musicologie à l’Université Bordeaux Montaigne. Après s’être perfectionné avec David Braslawsky, il entre au PESMD en 2020, dans la classe d’Oliver Chauzu, afin de passer une Licence d’Interprétation ainsi qu’un Diplôme d’État de professeur de piano. Durant son parcours de jeune musicien, il a notamment la chance de recevoir les conseils de pianistes tels que Hortense Cartier-Bresson, Florent Boffard, François-Frédéric Guy. Il partage régulièrement la scène avec d’autres instrumentistes et chanteurs, dont Léa Frouté (soprano) avec qui il participe, en décembre 2021, au Concours International Nadia et Lili Boulanger, à Paris.

Florence Chaubin-Guillaume
Originaire de Bordeaux et diplômée du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, en Piano, Musique de chambre, Analyse et Écriture, Florence Chaubin-Guillaume est pianiste et professeure de piano, au Conservatoire de Musique de Talence. Elle est par ailleurs accompagnatrice de choeurs, compositrice et auteure d'un conte pédagogique intitulé La Chanson de Colin. Elle collabore également avec Nicolas Bacri et Florentine Mulsant, sur des projets de concerts et d'enregistrements.

György Kurtág Jr.
Né à Budapest (Hongrie), György Kurtág Jr. est un compositeur, chercheur, designer sonore, pédagogue et improvisateur. Il a organisé toute sa démarche artistique et de recherche à partir de l'intelligence collaborative. Sa carrière musicale s'inscrit dans les domaines des arts plastiques, de l'art vidéo, du cinéma, de la danse, du théâtre, de la poésie et de la musique vivante. Il a travaillé pour le Centre Pompidou, le Louvre, le Musée de Grenoble, avec Barre Phillips, Katia Kosmalsky, Frenak Dance Company, Donatien Garnier. Après avoir étudié la composition à l'Académie Franz Liszt (Budapest), il devient membre de HEAR (Hungarian Electro Acoustic Research). Dans les années 80, il rejoint l'IRCAM (Paris) en suivant son mentor Peter Eötvös. En tant que compositeur et chercheur, il a travaillé avec certains des chercheurs les plus influents dans le domaine de l'informatique musicale, tels que Tod Machover (MIT Medialab, Boston), David Wessel (CNMAT Berkeley), George Lewis (Centre for Studies Jazz Columbia University, New York) et les compositeurs Mauricio Kagel, Pierre Boulez, Sylvano Bussotti, Peter Eötvös. Actuellement, il est chercheur associé au LaBRI et coordinateur Arts-Sciences au SCRIME de Bordeaux. Ses recherches portent sur l'étude de nouveaux gestes instrumentaux. Ces gestes novateurs lui ont inspiré une œuvre musicale "hybride électronique" pour quatuor à cordes et synthétiseur, intitulée Zwiegespräch, composé avec son père, Gyorgy Kurtág Sr.

François Rossé
De 7 à 77 ans comme dans Tintin, bien des aventures, musicales cette fois-ci ! Après une bonne formation classique (Premiers Prix d’Harmonie, Contrepoint, Fugue, Analyse et Composition (auprès d’Olivier Messiaen et Betsy Jolas), j’ai pu croiser de près de nombreux compositeurs, tels qu’André Boucourechliev, Ivo Malec, Iannis Xenakis, etc. - ce sont leurs différences qui m’ont aidé à ouvrir les portes au-delà des cloisonnements esthétiques. Mon répertoire en écriture de plus de 800 unités très diversifiées m’a permis de croiser activement les musiciens de la Réunion, les camions de pompiers de Blois, l’Ensemble Intercontemporain (avec une centaine d’enfants des banlieues parisiennes, à la Philharmonie de Paris)… À cela s’ajoutent les nombreuses rencontres liées à l’improvisation (Beñat Axiari, Mixel Etxekopar, Carlo Rizzo, Kent Carter, Étienne Rolin, Barre Philips, le groupe rock Bordeaux intensive en 2000 à Prague et à la Base sous-marine de Bordeaux), aux arts plastiques (Chris Pillot, Françoise Cordier, les peintres de Normandie à Rouen), au théâtre, au cinéma (Festival d’Aubagne - notamment Le Miracle des Loups, The Lost World »,Le Cabinet du Docteur Caligari), à la danse (Jackie Taffanel et le Japon de Shiro Daïmon, maître de Nô et Kabuki) ou encore aux chansons de cabaret (Sienge un saawe avec Gaston Jung du TNS à Strasbourg).
C’est donc les aventures d’un nomade où l’on peut se perdre dans mes traces musicales. Lier l’activité musicale à la vie m’est apparu essentiel. Mes voyages sont ponctués par des écritures comme les empreintes des pieds dans le sable du Sahara ou dans l’Amtrak 118 qui relie Washington à New York (avec Étienne Rolin) ou sur les marches de l’Église Saint-Basile, sur la Place Rouge à Moscou (où à minuit je clôturais l’écriture de Krasnayaskaya pour ensemble de vents), ou Oranges chromatiques (sur les marches du Parthénon à Athènes). Il y a aussi les espaces sociologiques, les oeuvres impliquant des enfants, des espaces ruraux et urbains divers, il n’y a donc pas d’esthétique préfixée, mais plutôt une éthique, celle du nomade prêt à rencontrer le monde dans ses différences (par exemple des enfants aveugles à Grenoble) - la synergie entre écriture et improvisation facilitant sans nul doute cette ouverture.

Delphine Lavergne
Professeure agrégée de musique, diplômée du Conservatoire Régional de Bordeaux, multi-instrumentiste, Delphine Lavergne accompagne régulièrement des chanteurs lyriques et des auteurs-compositeurs-interprètes. Elle enseigne également l’Éducation Musicale au collège d'Arcachon et accompagne les classes de danse du Conservatoire de Mérignac.

Pascal Pistone
Docteur en Musicologie, agrégé, auteur de divers écrits sur le répertoire contemporain, la musique de film ou la chanson, Pascal Pistone est actuellement Maître de Conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, dont il dirige la filière Musique depuis 2006. Il enseigne également l’analyse et l’improvisation au Pôle d'Enseignement Supérieur de Musique et de Danse de Bordeaux Aquitaine. Compositeur, chef d'orchestre et pianiste, il se produit régulièrement autour d'un répertoire de chansons, d'improvisations contemporaines et d'accompagnements de films muets. Ses compositions pour piano, pour orchestre, ses spectacles de théâtre musical, comédie musicale et opéra, ainsi que ses chansons, reflètent son grand intérêt pour les correspondances entre la musique et les autres arts.

Daiki Abe
Né en 1989, Daiki Abe commence le piano à l’âge de 12 ans et poursuit ses études de musique à l’Université de Toho-Gakuen, à Tokyo, en 2008. Il est admis au Pôle d’Enseignement Supérieur de Musique et de Danse de Bordeaux Aquitaine, en septembre 2021, dans la classe d’Hervé N’Kaoua. Il a également étudié avec Haruko Uéda et Étsuko Hirose.
En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies.