« COP 21, 1 an après : qu

« COP 21, 1 an après : qu'en reste-t-il ? » CONFERENCE-DEBAT

vendredi 09 décembre 2016 - 20h
La Machine à Musique, Bordeaux
Gratuit
La parole à l'organisateur
Dans le cadre de sa nouvelle exposition « Co2, mon désamour », le Musée de la Création Franche propose une rencontre à la librairie La Machine à Musique avec Hervé Kempf, Hervé Le Treut et Noël Mamère.

Vendredi 9 décembre à 20h
« COP 21, 1 an après : qu'en reste-t-il ? »

Hervé KEMPF est journaliste à l’hebdomadaire Courrier International, au magazine La Recherche, ancien journaliste au Monde où il assurait la chronique « Ecologie », Hervé Kempf est le fondateur et rédacteur en chef du quotidien en ligne Reporterre.
Il est aussi membre de l’association JNE (Journalistes-Ecrivains pour la nature et l’écologie).
Il a publié plusieurs essais dans lesquels il relie la crise écologique et la crise sociale, dénonçant le mode de production capitaliste, l’oligarchie et militant pour une repolitisation des enjeux environnementaux.

Hervé LE TREUT est climatologue, membre de l'Académie des sciences, directeur de recherches au CNRS, directeur de l'Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) où il dirige le laboratoire de météorologie dynamique et membre du GIEC. Il préside AcclimaTerra, le Comité Scientifique Régional sur le Changement Climatique en Nouvelle Aquitaine.

Noël MAMERE est député-maire de Bègles.

Le propos de l’exposition thématique "CO2 mon désamour " est sous-tendu par les questions environnementales liées à l'aménagement du territoire et à ses effets induits en termes de mobilités, d’habitat, d’énergie, de milieux naturels... Les créateurs de la collection permanente du Musée évoquent, à leur manière, ce passage d’une ébriété à une sobriété énergétique.

Les créations sélectionnées illustrent comment la cinquantaine d’auteurs présentés se font les témoins, volontairement ou inconsciemment, des bouleversements d’une époque.

Le parcours d’exposition met en lumière trois grands axes :
• Les thèmes de la surconsommation, de l’industrialisation et des conséquences de la pollution sont traités par Gildas Baudry ou René Gaben avec des compositions d’une grande vivacité,
• Le constat d’une urbanisation massive et ses impacts en termes d’aménagements et de transports est suggéré par les maisons imbriquées d’Anne-Marie Potvliege et celles de Benjamin Bonjour, ou encore les alignements compacts des véhicules de Marco Raugei qui ne sont pas sans rappeler les embouteillages des grandes métropoles,
• Quelques propositions de solutions par Jaber ou André Robillard offrent des alternatives originales non dénuées d’humour…

Cette exposition est visible au Musée de la Création Franche du 2 décembre 2016 au 22 janvier 2017.
L'entrée est gratuite.
En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies.