LA TEMPÊTE

LA TEMPÊTE

Danse
Jusqu'au lundi 14 novembre 2016
Grand Théâtre
de 8 à 50 €
Achetez vos places :
La parole à l'organisateur
Trahi par son propre frère, Prospero Duc de Milan, déchu, a été condamné à être exilé sur une île déserte avec sa fille Miranda.

Sauvé du naufrage par Ariel l’esprit de l’air, l’ile qui les accueille va devenir peu à peu le nouveau royaume de Prospéro qui possède de nombreux pouvoirs magiques. Libérant les esprits (Ariel mais aussi le monstre Caliban) emprisonnés par la sorcière Sycorax, il va les dompter et les mettre à son service. 12 ans plus tard, lorsque le roi de Naples (Alonso), son fils Ferdinand ainsi qu’Antonio, le frère parjure de Prospero font à leur tour naufrage suite à une terrible tempête provoquée par la magie de Prospero, ce dernier va faire subir aux trois personnages diverses épreuves destinées à les punir de leur traîtrise. Ces épreuves auront également un caractère initiatique. Le pardon l’emporte et Prospero se réconcilie finalement avec son frère et avec le Roi, et laissera sa fille épouser Ferdinand Il libérera Ariel et Caliban puis renoncera à la magie pour retrouver son duché.

“Les serments les plus forts ne sont que paille dans le brasier des sens.”
Willam Shakespeare,
LA TEMPÊTE

Pour son ultime pièce, Shakespeare tissait avec La Tempête un monde imaginaire à la psychologie complexe et aux thèmes particulièrement foisonnants et profonds. Mauricio Wainrot (accueilli pour Le Messie, Carmina Burana ou Chopin Numéro Uno) en propose une transcription chorégraphique narrative ample et particulièrement féconde, oscillant entre néoclassicisme et contemporain. Un plateau immense, des décors sombres évoquant des souffleries d’usine et la musique de Philip Glass permettent au chorégraphe de donner naissance à une pièce entre vérité et illusion, réel et imaginaire, où règnent la magie et la bienveillance de Prospéro.
Cette pièce a obtenu le Prix Benois de la danse en 2007 pour les décors et costumes de Carlos Gallardo.

Dans le cadre du 400e anniversaire de la mort de Shakespeare
Production Théâtre du Capitole de Toulouse

Ballet en deux actes d’après l’œuvre éponyme de William Shakespeare
Créé par le Ballet Contemporáneo del Teatro San Martín de Buenos Aires, le 3 octobre 2006

Enregistrements : extraits de The Hours, Dracula, Anima Mundi, Kun-Dun, Truman Show, Koyaanisqatsi, Mishima, Einstein on the Beach par les Lyric Quartet, Kronos Quartet, Western Wind Vocal Ensemble, Philip Glass Ensemble, sous la direction de Nick Ingman et Michael Reisman

DISTRIBUTION

MUSIQUE
Philip Glass
CHORÉGRAPHIE
Mauricio Wainrot INVITÉ
ASSISTANT CHORÉGRAPHE
Andrea Chinetti INVITÉ
DÉCORS, COSTUMES, VIDÉOS
Carlos Gallardo INVITÉ
LUMIÈRES
Patrick Méeüs INVITÉ
Ballet de l’Opéra National de Bordeaux
DIRECTION
Charles Jude
En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies.