Un conte de Noël

Un conte de Noël

Théâtre
Du mardi 26 janvier 2021 au samedi 30 janvier 2021
mar. 26 janv. - 19h30
mer. 27 janv. - 19h30
jeu. 28 janv. - 19h30
ven. 29 janv. - 19h30
sam. 30 janv. - 19h30
10€ (Adhérents) / 16€ (Adhérents) / 13€ (Tarif plein) / 26€ (Tarif plein)
réservez vos places
La parole à l'organisateur
Adaptation scénique à partir du film d’Arnaud Desplechin
Mise en scène Julie Deliquet

À table ! Julie Deliquet transforme le film d’Arnaud Desplechin en une passionnante traversée théâtrale qui donne à nos histoires de famille l’épaisseur troublante du conte.

« Grâce à ma maladie, la famille va se réunir. » Junon Vuillard et son mari Abel reçoivent pour Noël leurs enfants, cinq années après que leur fille Élisabeth a banni de la famille son frère Henri. Junon est atteinte d’un cancer, et une greffe de moelle épinière pourrait la sauver. Dès lors, la maison de famille de Roubaix se transforme en un univers de conte où pendant quatre jours vont s’enchaîner retrouvailles et déchirements, éclats de rire et éclats de voix. Dans Un conte de Noël, Julie Deliquet se livre à un passionnant travail de transposition du film d’Arnaud Desplechin pour la scène. Avec ses interprètes, elle recompose à partir du scénario fragmenté du cinéaste un long plan séquence où les frontières du théâtre et du cinéma, de la comédie et du drame, de la vérité et de l’illusion, se brouillent. Elle installe son spectacle dans un dispositif bifrontal qui nous transporte au cœur de l’intimité des Vuillard, autour de la table familiale où répliques vachardes, vérités qui blessent et déclarations d’amour vont fuser. Après Lagarce et Tchekhov, la metteuse en scène retrouve ici la question de la famille, l’un de ses thèmes de prédilection, qu’elle interroge toujours depuis la perspective de cette autre famille qu’est le collectif théâtral. Et qui dit famille dit toujours aussi mémoire et fantômes : dans son spectacle s’invitent, autour des douze interprètes, ceux des absents, des morts trop tôt, mais aussi ceux de Bergman et Shakespeare, auxquels sa fresque emprunte la douceur et l’intensité, le lyrisme et la poésie.
En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies.